Changer avec l'hypnose

Les mécanismes du changement induits par l'hypnose dans le cadre naturel de la pratique psychothérapeutique

Travail de recherche en psychologie clinique

Mené au sein de la chaire de psychologie clinique de l'Université Paris 8

Dirigée par Nathalie Duriez

Mémoire de Maitrise en Psychologie clinique, psychopathologie et psychothérapie - Rédigé sous la direction de Corinne ANTOINE

Jury : Président : Alain BLANCHET, Directeur de la Chaire de Psychologie clinique, psychopathologie et psychothérapie, Professeur à l’université Paris 8  -

Membres internes : Corinne Antoine, Psychologue clinicienne et enseignante à l’université Paris 8 - Soutenu le : 12 septembre 2015

 

Résumé de la recherche :

Cette étude s’inscrit dans le cadre de la recherche qualitative sur les psychothérapies. Elle consiste en l’analyse pragmatique des mécanismes de changement à l’œuvre au sein d’un dispositif thérapeutique individuel, offert dans le cadre naturel d’une consultation « souffrance au travail », proposé à des patientes présentant des troubles psychiques de différente nature. Ce dispositif a la particularité d’intégrer l’hypnose en tant que technique.

 

La question de recherche traitée dans cette étude est : pourquoi et comment les mécanismes de changement induits par l’hypnose dans un dispositif thérapeutique individuel, sont-ils efficaces ?

L’état de la question présente les principales recherches sur les modifications physiologiques objectivables sous hypnose, qui permettent de comprendre les mécanismes induits par cette technique lors d’un processus psychothérapeutique. Nous faisons ensuite, une présentation succincte des recherches sur les psychothérapies, depuis les années 1950 jusqu’aux recherches actuelles sur les modérateurs et les médiateurs du changement, qui restent à découvrir afin de mieux comprendre les mécanismes qui permettent d’obtenir des changements.

A partir de nos hypothèses de recherche, la méthodologie porte sur l’évaluation qualitative et quantitative des changements observés à l’aide du Psychotherapy Process Q-Set (PQS) de Jones (2000) et du General Health Questionnaire (GHQ-12).

Les principaux résultats valident nos hypothèses dans le sens où les séances d’hypnose ont permis l’amélioration du ressenti des patientes, en favorisant l’activation de médiateurs du changement et /ou la transformation de modérateurs en médiateurs du changement.

 

La plupart des « médiateurs » du changement activés sont communs à l’ensemble de nos patientes et font, en l’occurrence, partie des six médiateurs identifiés par Sexton, Alexander et Mease (2004). Les modérateurs du changement sont quant à eux différents selon les patientes et leurs spécificités. Les résultats aux GHQ-12 valident nos observations qualitatives et sont confortés par la disparition ou la diminution de certains symptômes.

 

Les résultats du PQS nous ont amené à la conclusion que les agents « actifs » qui avaient interagi dans le processus thérapeutique et qui en constituaient le « moteur », à savoir la patiente, le thérapeute et leur interaction, étaient des facteurs communs à nos quatre thérapies. Cela étant, en observant plus précisément les changements tels qu’ils s’étaient produits au cours du temps dans ces psychothérapies, nous avons identifié des spécificités qui avaient pu avoir un rôle majeur dans l’efficacité de notre travail et le processus de changement.

 

Mots clés : Hypnose thérapeutique, processus de changement, médiateurs et modérateurs de changement, facteurs de changement, psychothérapie.

 

Mob. 79 86 88

Cabinet : 24 rue de l'Alma, 2ième Etage

Centre Ville - Nouméa

© 2016 - Tous droits réservés -

Pascale Eneman. Psychologue Consultante

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now